Disparition d'un "grand"

Briançon. Skieur d'exception, inventeur de génie et, plus récemment, pilote de parapente chevronné, ce Briançonnais a été victime d'un accident mortel dimanche dernier.

Cet amoureux de la montagne, humble et secret, avait aussi beaucoup d'imagination. 

(Au Pic Beaudouis, mars 1997, photo Alain Paret)

Il aurait pu devenir célèbre mais sa simplicité lui a surtout fait gagner l'estime et l'admiration des montagnards. La liste de ses exploits est longue : face nord-ouest des Agneaux, couloir nord du Col du Glacier Noir, Barre des Ecrins, voie Bonatti au Coolidge, face nord du Pavé (col Claire), face sud-ouest de l'Artesonraju au Pérou et enchaînement dans une journée du col du Glacier Noir, du Coup de Sabre et du pic Sans Nom, toutes ces courses en ski. Il fait partie des pionniers de la cascade de glace avec l'ouverture en solo des Violins, cotée grade 6 ! En escalade, il réalise un nombre impressionnant de voies classées extrêmement difficile. Son goût pour la découverte et l'effort n'avait pas de limite avec, dès 1983, ses débuts dans le monde du vol libre avec une préférence pour le parapente.
Gérard Chantriaux a toujours lié sa passion à ses talents d'inventeur. Son fameux "pan d'exercices", pour la pente raide, planche inclinable à volonté pour apprendre à skier dans le "55°" sur la glace, en témoignait dès ses débuts. Par la suite, il devenait l'inventeur du piolet à lame interchangeable pour cascade, devenu le Pulsar commercialisé par Charlet-Moser. Ses crampons monopointes sont aussi aujourd'hui largement appréciés par les alpinistes. Avec Alain Paret et Nicolas Izquierdo, il publiait le topo "Des Pentes Raides au Ski Extrême" au début des années 1980 pour financer une expédition au Pérou.
Ce grand montagnard n'avait pas fait de la montagne son métier. Bien que diplômé comme moniteur de voile, guide de haute-montagne et moniteur de ski, c'est en tant que responsable du bureau d'étude du Planet, aujourd'hui Péchiney, que Gérard gagnera sa vie. Il "faisait" le guide occasionnellement, principalement pour des amis durant les week-ends ou les vacances. "Un gars secret" pour Yvan Estienne, "quelqu'un qui fait de la montagne pour la montagne et pas autre chose" dira son ami Parlier, le navigateur. Il semble que c'est surtout le partage et l'humilité qui n'avaient pas de limites pour Gérard Chantriaux. "C'est quelqu'un qui avait beaucoup d'idées, beaucoup d'imagination" confie son ami Paret, compagnon de cordée de toujours. Sérieux, méthodique, organisé, Gérard Chantriaux semblait presque invulnérable. Il est parti dimanche pour un vol sans retour.
Cathy Billaudel (Le Dauphiné Libéré, 22 septembre 2000)

Accueil Remonter