Les Dents de Cyrielle

Précédente Accueil Remonter

Le topo original de Gérard

horizontal rule

Queyrellin l'enchanteur

Discret et efficace. Gérard Chantriaux démarre la campagne des ouvertures résolument modernes. Ce qui change avec les vieilles voies, c'est le soin apporté au travail de finition. Les équipeurs peaufinent le nettoyage (blocs instables, vires caillouteuses, lichens, terre...). Gérard signe une oeuvre majeure, grandiose : Les Dents de Cyrielle (sa fille faisait ses dents...), qu'il ouvre avec Alain Paret, son compagnon de cordée de toujours. Cette voie, ils l'avaient repérée en passant à skis dans le vallon du Chardonnet. La ligne est logique, directe et forcément dure.
Le perfo fait partie du matériel embarqué. Gérard Chantriaux peut enfin évoluer au centre de cette paroi principale, au milieu des dalles et des murs compacts. Cette voie est très vite devenue la classique du secteur, tout comme l'a été en son temps, la voie des Briançonnais.

Les Dents de Cyrielle
par Gérard Chantriaux et Alain Paret, en 1991 et 92. 
350 m, ED. 6c+ maxi (6b+ obl.). 

La plus belle du Queyrellin, entièrement sur goujons. C'est une voie soutenue dans le niveau 6b. L1 : III. L2 : 6c(d'abord en oblique à gauche puis droit dans un mur jaune, attention au tirage, prévoir des sangles). L3 : 6c (en légère oblique à gauche, rocher sculpté, ne pas chercher à grimper à droite sur l'éperon). A R3, (gros becquet) on croise la Voie Centrale (Jean-Michel Cambon et Bernard Francou, en août 1979) et la Voie des Briançonnais (Max Gérard, Emile Rozan, Pierre Rozan et Bernard Seinturier, achevée en septembre 1965). L4 : 6a. L5 : 6a+ (par la gauche). L6 : 6b et 6c. L7 : 6b. L8 : 6c (en dalle, très fin et très beau). L9 : 6c+ ou 6b/A0 (tout en traversée sur la droite). L10 : V+ (commune avec la Voie Centrale). L11 : 6c (mur raide, fissure). L12 : 6b. Descente en rappel dans la voie sauf pour R8 et R7 (rappel décalé à droite de L8, au milieu de la longueur).

Sébastien Constant, Vertical n° 120 de juillet 1999, p44 et 46

horizontal rule

Traversée en 6c très aérienne agrémentée de quelques pas velus.

Face ouest du Queyrellin

photos Gérard Fiaschi, juillet 1993

horizontal rule

Une voie exceptionnelle, par le cadre de l'escalade, son ampleur, et son niveau de difficulté : une des voies majeures des Cerces. Cyrielle, c'est encore l'une des filles de Gérard, skieur de l'Extrême, avec polyvalence dans l'ouverture de voies très difficiles...
Gérard Chantriaux qui ouvre régulièrement des lignes remarquables ; par ailleurs spécialiste de couloirs verticaux, et aussi inventeur à ses heures perdues.

Jean Michel Cambon, Oisans Moderne Oisans Sauvage, avril 1995

horizontal rule

Pour ceux qui aiment les voies ayant du mordant et qui en ont les moyens, il ne faut manquer sous aucun prétexte Les Dents de Cyrielle, un bijou aussi exceptionnel pour son rocher parfait pendant 350 m que pour son homogénéité dans le niveau 6c. Ce qui ne gâche rien, cette voie se situe à la deuxième tour du Queyrellin, sûrement l'un des coins les plus sauvages et tranquilles de la région, accessible par la vallée de Névache.
Superbe rocher pour une ambiance de folie.

Jean-Marc Chenevier, Montagnes Magazine n°235, avril 2000

horizontal rule